Dans le monde très fermé et très concurrentiel du surf et du sauvetage sportif, un héros australien se voit détrôné comme champion en titre par un concurrent plus jeune et gay. Il se lance alors dans une campagne d’intimidation et de harcèlement contre le nouveau venu, mais il est forcé de faire face à son propre désir réprimée. Une nuit de beuverie fait jaillir la jalousie, la peur, le désir et l’homophobie vers un point culminant tragique et choquant.

« Adaptation d’une pièce de Stephen Davis, ce long métrage en forme de trip pop et cauchemardesque explose de façon jubilatoire les codes du genre. Ici, l’homosexualité est multiple, troublante, furieuse. Le scénario s’articule autour d’une nuit infernale durant laquelle Len, ambivalent et destructeur, va pousser à bout un jeune homosexuel jusqu’alors épanoui. Chargé en testostérone et n’ayant peur de rien, « Drown » est clairement l’un des temps forts de l’année cinéma 2015. » (Pop and Films). Film choc à l’homoérotisme communicatif, les interprètes étant tous des dieux vivants, remarquable analyse du mécanisme homophobe, « Drown » est un voyage au bout de l’enfer, en planche de surf, vers la torture et la domination. Une oeuvre unique, courageuse et déjà culte.