12

5

14
11
10
6
9
7
15
4
1
21383

 

Films / « Compétition »

 

Viola di mare - Donatella Maiorca, Italie, 2009 – 105’

+ Dimanche 14 nov. 2010 - 19h00 / Salle 300 +

(Titre anglais : The Sea Purple) - Fiction – Couleur - Tout public – VO (Italien) / VOST-FR

Réalisation : Donatella Maiorca

Interprétation : Valeria Solarino (Angela/Angelo), Isabella Ragonese (Sara), Ennio Fantastichini (Salvatore), Giselda Volodi (Lucia), Maria Grazia Cucinotta (Agnese), Marco Foschi (Tommaso), Lucrezia Lante Delle Rovere (La Baronne), Corrado Fortuna (Ventura), Alessio Vassallo (Nicolino)

Scénario : Donatella Maiorca, Pina Mandolfo, Mario Cristiani, Donatella Diamanti, Giacomo Pilati d’après le roman « Minchia di re » de Giacomo Pilati

Image : Roberta Allegrini

Musique : Gianna Nannini

Production : Italian Dreams

Distribution : Optimale

Acheter : -->1 :- 1

    3

 

 

 

 

 

 

« Viola di mare»est le nom sicilien d’un petit poisson hermaphodite, la girelle. C’est ici l’histoire d’amour de deux jeunes femmes, Angela et Sara, qui ont toutes deux grandi dans le même microcosme, entourées par un paysage magnifique et envoûtant. L'intrigue est basée sur des faits réels qui ont eu lieu sur une des îles près de Sicile dans la seconde moitié du XIXe siècle, avec toile de fond l’épisode historique de l’expédition des Mille. Le film montre des abus, les injustices sociales et l'oppression séculaire des femmes. Angela essaye de survivre au scandale de son homosexualité, acceptant de se faire passer pour un homme. Angela devient Angelo. Les différentes étapes de la passion, les moments de joie, de bonheur et de tristesse, se mêlent au fil des saisons et donnent un sens à la loi du désir, la seule loi pour laquelle il vaut la peine de payer le prix final.

 

Donatella Maiorca signe ici son deuxième long métrage pour le cinéma. Le premier, réalisé en 1998, s’appelait déjà [email protected] et avait été présenté au festival de Venise. « Je voulais faire un film d’amour et de liberté. Je voulais également montrer l’identité féminine et les difficultés qu’ont les femmes à affirmer la leur, au XIXe comme au XXIe siècle ». « Le noyau central du film est inspiré de faits réels et tout à fait actuels », a répondu la réalisatrice lors de la conférence de presse du Festival de Rome, établissant un lien entre la trame du film et le climat d'homophobie qui règne actuellement en Italie.